jeudi 10 octobre 2019

Les kamis sont nos amis

Salut à toi, compañero figuriniste !

Aujourd'hui, on va causer un peu forces de la nature, esprits, magie, tout ça tout ça... Du coup, un titre de Pelican, qui colle au thème, s'impose, Full moon, black water. En plus, c'est de l'instrumental, pas de chanteur qui se fait péter les cordes vocales, on va ménager les pavillons auditifs de certains !


Je poursuis lentement et sereinement la peinture des figs d'Okko. Et comme parmi les Héros, on trouve le moine alcoolique Noshin, susceptible d'être choisi par les joueurs car c'est le "cerveau" du groupe, je me suis attaqué aux Kamis que le moine est capable d'invoquer. Pour les plus incultes d'entre vous, sachez que les kamis sont des divinités ou des esprits vénérés dans la religion shintoïste, donc dans le Japon médiéval, cadre des aventures d'Okko. En général,  les kamis sont soit des éléments de la nature, parfois des animaux ou encore des forces créatrices ou naturelles. Dans le jeu, il en existe quatre se rapportant aux éléments naturels, donc eau / air / feu / terre (ce qui, au passage, correspond aussi aux cycles des BD, le premier cycle étant celui de l'eau). En terme de figurines, il y en a huit, deux de chaque élément. Elles sont assez réussies et plutôt "mimi-rigolotes". En terme de jeu, ce sont des suivants - assez puissants ! - placés sous le contrôle de Noshin et qui viendront filer un coup de main aux Héros dans leur traque des démons.
En ce qui concerne la peinture, rien d'exceptionnel, explications détaillées sous les photos... pourries. Oui, je n'arrive décidément pas à régler correctement ce nouvel APN. Les photos sont soit surexposées soit trop sombres, soit floues. Voire une combinaison des précédentes propositions... bref, j'ai pris les moins pires...


Les kamis de l'eau. Base bleue, gros lavis d'encre bleue, puis éclaircissement dans la couleur de base puis avec la couleur de base mélangée avec du gris-bleu et dernier point en gris-bleu pur.

Les kamis du feu. Sous-couche blanche, brossages à sec successifs de jaune, orange puis rouge. On ne le voit pas très bien sur la photo mais il y a aussi des OSL jaune sur le sol et le parchemin pour figurer la lumière.

Les Kamis de la terre. Sous-couche blanche, gros lavis marron, brossage à sec gris "terreux" puis blanc cassé...

Les kamis de l'air. Sous-couche blanche, gros lavis marron, brossage à sec blanc cassé puis blanc pur, lavis bleu sur le visage de celui de gauche.


Et voilà, Noshin se baladera désormais sur le plateau de jeu non plus avec un moche et plat jeton pour figurer un kami invoqué mais une p'tite figurine bien sympa.

C'est tout (et c'est déjà pas mal !) pour aujourd'hui !
Hasta siempre, Compañeros !

dimanche 22 septembre 2019

Une saison dans les abysses

Salut à toi, compañero figuriniste !

Pour être raccord avec l'article du jour, on va s'envoyer un put*** de bon vieux Slayer des familles, Seasons in the abyss !


L'an dernier (et oui déjà), j'avais participé à la campagne de financement participatif pour le jeu Okko Chronicles de chez Red Joker. La (grosse) boîte de jeu et les extensions sont arrivées au cours du mois de juin. et ce n'est que du bonheur...


Okko, c'est quoi ? Pour ceux qui ne le saurait pas, Okko, c'est avant tout une excellente bande dessinée du très talentueux Hub. Les bouquins prennent place dans un univers ressemblant très fortement à une version médiévale-fantastique du Japon, le Pajan. La série, qui se décompose en plusieurs cycles liés aux différents éléments (eau, terre, air, feu et vide), suit le héros, Okko donc, samouraï déchu, à la tête d'un petit groupe de chasseurs de monstres (oni, yurei et autres créatures démoniaques inspirées du folklore japonais). Le groupe est composé de Noburo, une montagne de muscle et de violence guerrière qui cache son identité derrière un masque rouge, de Noshin, un moine alcoolique ami des kamis (des esprits) et de Tikku, une jeune pêcheur qui devient apprenti de Noshin. C'est par les yeux de ce jeune garçon, devenu très vieux au moment de la narration, que l'on suit les aventures de la petite troupe. Le jeu reprend d'ailleurs très intelligemment cette idée, vu que les points de victoire sont comptés sous la forme d'une histoire narrée par Tikku devenu vieux.
Bref, tu l'auras compris, compañero, la saison de la chasse aux habitants démoniques des abysses est ouverte ! D'où le morceau d'intro (qui n'a rien à voir cela dit avec le Japon médiéval, mais plus avec l'Egypte ancienne...).



J'ai donc entamé la peinture des figs de la boîte de base au début de l'été et, pour être raccord avec l'idée du "je finis un projet avant d'en commencer un autre", j'ai récemment mis un gros cou de collier pour achever la peinture des figs de la boîte de base. Soit 34 figurines, ninjas, fantômes, ashigarus (les soldats de base), samouraïs, onis et Héros, évidemment. L'idée était d'avoir les figs assez rapidement peintes pour la masse des sbires mais sans pour autant sacrifier la qualité dans la mesure du possible, notamment pour les héros et les Onis en chef. Je fais donc simple mais efficace. En prenant parfois sur moi pour ne pas passer deux heures sur chaque figurine... surtout les ashigarus... dix fois la même fig...
J'ai commencé par une grosse session de sous-couche noire pour tout le monde, puis, à l'aéro un premier passage au blanc pour faire ressortir les reliefs et autres ombres.

L'ensemble des figurines en tout début de peinture...
Ensuite, c'est de la peinture à la chaîne. Les yureis (fantômes) sont les premières à être peintes, et là, on fait très simple. Sur la sous-couche blanche, gros lavis vert puis brossage à sec de blanc, envoyé, c'est pesé ! Je détaille juste un peu le socles avec soit un effet parquet, soit des éclairs façon maléfique. Et ça fait le job. D'ailleurs, au passage, un mot sur les socles. J'ai hésité entre trois options... les socles transparents, pratique quand on joue sur des dalles comme à Okko. Mais je n'en avais pas assez. Les socles en relief... ça rajoute du temps de travail. Finalement, par élimination presque, j'ai opté pour le socles plat, avec des effets en trompe-l’œil pour rester dans un visuel cohérent avec les dalles. Bon, Ok, certains persos se retrouvent avec les pieds au plancher (ah ah) alors qu'ils sont dans un jardin zen... bon, honnêtement, ça va pas m’empêcher de jouer. Et toujours des photos pas top, rapport au nouvel APN que j'ai bien du mal à prendre en mains.


Après les fantômettes, on passe aux ninjas car eux aussi se peignent facilement : base gris foncé, gros lavis noir, rehauts de certaines parties (les lames en métal, les petits sacs en cuir etc...) pour donner relief et lisibilité aux figs. pour le socles même combat que les copines spectrales.


Donc là, on a déjà dix figs. Ce sont tous des serviteurs des puissances démoniaques (des sbires).
On enchaîne avec les pu#/* d'Ashigarus... eux aussi sont dix... ce fut long. Comme c'est quand même abrutissant, cette peinture à la chaîne, j'ai fait rapido.


Les samouraïs sont peints dans les mêmes tons / même schéma mais sont un peu plus travaillés.


Cette troupe est menée par un Lieutenant du nom d'Hiroji-San, une bonne brute dans le jeu.


Voila pour les "minions"... c'est-à-dire des figurines "neutres" en début de partie (ils gardent le palais de leur seigneur et ne sont pas hostiles au Héros. Mais, influencés par les démons, ils peuvent attaquer Okko et sa bande).



On trouve ensuite un Lieutenant démoniaque, le Bakemono, aka le tank vu qu'il fait facile trois fois la taille d'un samouraï et cogne comme un bœuf...

Le tank, je te présente les genoux adverses. Les genoux adverses, le tank. Je vous laisse faire connaissance...

Une vue rapprochée et nette (allelujah !) histoire de voir les détails de la bestiole...

Les Héros auront, au cours d'une partie, pour objectif de démasquer un Oni, c'est à dire un démon. Ils sont quatre dans le jeu. On a tout d'abord l'Oni-Kage, le Seigneur des ténèbres, en gros, le patron des ninjas.

L'Oni-Kage est capable de générer des attaques empoisonnées à distance et de se téléporter. Il est notamment armée d'un très gros kusarigama
On trouve ensuite l'Oni-Sorio, un moine ventripotent et pourri...

Méfiez-vous de Papi, c'est un maître en arts martiaux !
Plus classique, l'Oni-Yama, pas mal aussi dans le style tank...

Un vrai bourrin, difficile à toucher, ses attaques peuvent provoquer des saignements chez ses adversaires ce qui contribue à les affaiblir.

Et on finit ce tour des boss avec l'Oni-Miryoku, une prêtresse manipulatrice.

Ce démon est capable d'influencer les actions des Héros. Moins violente que ses copains, mais bien retorse...

Et une vue rapprochée et un peu plus nette pour profiter de la finesse de la sculpture de la figurine.

Bon, tout ça, ça fait quand même beaucoup d'affreux ! Les valeureux héros ne sont pas près d'être au chômage. Et puisqu'on parle des héros, les voici.

De gauche à droite : Setsuka (oui, elle est manchot, ayant perdu son bras gauche), Noshin, Okko et Noburo.

Noburo, la machine à gifles de l'équipe. En gros, il fonce dans le tas vu ses caractéristiques et ses avantages !

Noshin, le moine amateur de saké mais aussi le "magicien" (il invoque des kamis) et le "cerveau" de l'équipe (il a la plus grosse carac de mental).

Okko, ronin et célèbre chasseur de démons. C'est le perso le plus équilibré, bon combattant et bonne caractéristique de mental. Par contre, j'ai pas réussi à faire une photo potable...

Au final, quand les figs sont rangées, ça donne ça! Et une bouffée de fierté t'envahit. Tu te dis que ça claque quand même et que ça va vraiment le faire au moment de jouer !


Pour autant, je n'en ai pas fini avec Okko... et oui, j'ai aussi pris des extensions lors du projet de financement. Il me reste donc les figurines de la boîte Héros du peuple qui contient des figurines d’Ashigarus (je ne peux contenir ma joie...), de ninjas (oooh, joie de nouveau...) et de Samouraïs (Huuuum... youpi ?) ainsi que les figurines de nouveau personnages, Nuuk le Nezumi (une sorte de gros rat), Tikku (si tu as tout lu, tu sais qui c'est) et Eiko Bashimon (une guerrière armée d'un fusil, maîtresse de Nuuk) et Fauche-le-Vent, une guerrière pas fine comme le prouve son arme favorite, un gros tetsubo. On ajoute à cela Le monastère des pruniers d'argent et ses huit figurines de kamis et le Palais des marionnettes avec son imposant bunraku, Kubban et Isako, deux personnages nommés et cinq marionnettistes. Donc, pas loin d'une vingtaine de figurines... il y aura encore du Okko sur le blog dans les semaines (mois) à venir !

C'est tout (et c'est déjà pas mal !) pour aujourd'hui !
Hasta siempre, Compañeros !

dimanche 15 septembre 2019

Totaalvoetbal II

Salut à toi, compañero figuriniste !

Hop, retour vers Blood Bowl, le foot total, Amsterdam, des Elfes, tout ça mélangé... et comme on prend la direction (un peu) des Pays-Bas, c'est Gorefest et leur titre For the masses qui font office d'intro musicale. Et Gorefest, c'est du gros death qui tranche dans le vif. Y'en a qui vont avoir les oreilles qui saignent, je vous aurais prévenu...



Avant de recauser des Elfes Sylvains et de Blood Bowl, un peu de bla-bla mais en lien avec les pitoux de cet article quand même...

Récemment, j'ai lu un article assez intéressant dans Wargames, Soldiers & strategy (un très bon mag' sur notre hobby) intitulé Conquer the mountain et, comme je l'ai fait ur Warmania, je vous fais partager les réflexions de l'auteur, David Hiscocks. Bon, alors, soyons clair, ça ne pas révolutionner notre manière de faire mais l'auteur remet en avant quelques idées simples et utiles pour s'attaquer à notre "montagne de plomb" (plastique, résine...). Beaucoup de peintres/joueurs (oui, toi, cher lecteur... bon moi aussi...) ont la fâcheuse tendance à accumuler des kilos de plastique / métal / résine au gré de leurs envies, des effets de mode, des jeux populaires,  des campagnes de financements des occasions et autres promotions... Bref, toutes les occasions sont bonnes ! Pourtant, quand on jette un œil sur les blogs et forums, il est finalement pas si courant que ça que l'un d'entre nous mène à bien un projet. Comment éviter cela ou du moins tenter de réduire significativement les hordes de figs non-peintes dans nos placards ?

1 - Catégoriser : faire l'inventaire des X projets que l'on souhaite mener.
2 - Rester propre : L'idée est d'avoir, si possible, un lieu (bureau, atelier) propre, dégagé, sans bordel pour bosser et ranger les figurines dans des cartons / boîtes en lien avec chacun des projets relevés en 1.
3 - Organiser la montagne : estimer le temps que vous allez passer sur chaque projet et donner la priorité à certains. Organisez vos travaux / faites un planning. Par exemple, par rapport à un tournoi en approche, donnez la priorité au projet de l'armée que vous allez aligner. On joue beaucoup à AoS ou Infinity dans votre club, peignez d'abord les figs de ces jeux...
4 - Conquérir la montagne : consacrez au moins dix minutes par jour à un projet. En théorie, vos caisses / cartons sont rangés et votre espace de travail propre (voir point 2). Donc, vous ne passez pas dix minutes à chercher une fig ou un pot de peinture... en très peu de temps, vous pouvez vous mettre au boulot. Il n'est évidemment pas toujours possible pour chacun d'entre nous de passer dix minutes à monter des figs / peindre chaque jour. Toutefois, rien en vous empêche d'essayer de fixer un "temps hobby" dans la semaine (genre une heure ou deux, voire plus...).
5 - Avoir des copains : Montez, peignez puis échangez / partagez avec les copains de clubs, sur le forums, sur un blog, sur les réseaux sociaux... Cela permet de garder la motivation. Participez à des projets communs (Concours, CdA...). Bref, ne soyez pas timide, partagez, soutenez-vous les uns les autres et surtout JOUEZ avec vos figs peintes.
6 - Faire le vide : Parfois et même si c'est un crève-cœur apparent pour certains, il ne faut pas hésiter à vendre / échanger / donner des figurines quand on sait intimement qu"un projet est mort et enterré. Cela permet de récupérer un peu de liquidités (pour de nouveaux projets... ou pour un resto avec Madame !), de faire de la place et on se concentre sur moins de projets.

Du coup, cette semaine, j'ai fait du rangement ! Ce qui m'a amené à jeter près d'une quinzaine de pots de peintures vides / tout secs et irrattrapables et une multitudes de... huuuum, petites merdouilles inutiles dirais-je.

Et côté peinture, je me suis prioritairement consacré sur les Elfes Sylvains ce qui m'a permis d'achever la peinture des douze membres de l'équipe et de deux marqueurs (score et relance). Au final, l'équipe est jouable. Et les photos sont toujours aussi nulles... m'enfin, on voit ce que ça donne à peu près.

La seconde lanceuse de l'équipe...

... et son copain et cible préférée, le second receveur


Un autre Danseur de guerre

Un trois-quart. Et surtout la photo la plus nette et fidèle à la réalité...

Encore une trois quart !

Les indispensables marqueurs : score et relance (surexposée)

Et on finit avec une photo (floue >< ) de famille !

Et donc, un projet bouclé, un ! Alors certes, je n'ai peindouillé ni les ballons contenus dans la boîte car j'en ai déjà plusieurs issus et la jeu de base, ni les deux autres marqueurs car ils ne sont pas indispensables pour jouer.
Pour la suite, je vais essayer de m'astreindre à finaliser les projets entamés. Et il y en a deux de poids sur la liste, peindre l'intégralité de la boîte de base pour Okko (j'suis pas loin du bout...) et finir la table Carnevale

C'est tout (et c'est déjà pas mal !) pour aujourd'hui !
Hasta siempre, Compañeros !

samedi 7 septembre 2019

Totaalvoetbal I

Salut à toi, compañero figuriniste !

Aujourd'hui, on passe à l'orange après un trèèèèès long moment sans article ! Donc en ouverture musicale, et beeen, Orange Goblin, hein, Time Travelling blues.


Donc, foot et orange... Bon, si tu n'es pas trop demeuré, compañero, tu as capté que j'aimais quand même bien le foot néerlandais rapport à Cruyff, à l'Ajax... mon pseudo, mon avatar tout ça tout ça... d'où le titre de l'article. Totaalvoetbal si tu n'es toujours pas trop demeuré, compañero, tu as aussi capté que ça signifiait "football total". Alors, pour ceux qui ont zéro culture (oui, culture tout court...), rapide explication. Au début des années 70, sous l'impulsion d'une génération extrêmement talentueuse emmenée par Johan Cruyff, les Néerlandais ont "réinventé" le football en faisant complètement exploser les références tactiques, techniques et physiques de ce sport. Totaalvoetbal ça veut dire passes, rapidité, technique et cassage de reins adverses. Ils étaient aussi porteurs d'un certain esprit libertaire, en lien avec leur jeu, et très dans l'esprit "post-soixante-huitard".
Voilà pour la culture...



Du coup, passes, rapidité et technique, ça colle quand même pas mal aux Elfes à Blood Bowl (certes, c'est pas du soccer... mais bon, on fera avec !).  Bon, OK, pour le cassage de reins adverses, voyez plutôt le vestiaire d'à-côté chez les Orques.
Games Workshop a sorti ces derniers temps plusieurs équipes en plastique. Donc des Elfes Sylvains. J'ai mis le grappin dessus. Pour 30 eurosous, on a 12 joueurs, des marqueurs et des ballons. Bref, plutôt une bonne affaire vu le niveau de sculpture chez le Toucan. En plus, là, avec les Elfes dispos dans la boîte, on peut se faire pile une équipe d'un million avec deux Danseurs de guerre, deux Lanceurs, deux Receveurs, cinq Trois-quarts et une Relance. Il y a même un Trois-Quart en rab'.


Donc, une fois les gugusses montés et sous-couchés, je me lance dans la peinture. Sans surprise (j'y avais réfléchi avant), j'opte pour un schéma qui rappelle le maillot des Pays-Bas, c'est-à-dire à dominante orange pour un ensemble automnal forestier avec touches de verts et jaunes. Au passage, je détourne le logo officiel de l'équipe (un lion) pour en faire une animal plus forestier, un lynx (ça reste finalement des gros chats, ces bestioles). Et voici les Avasserin Lynx !!


Niveau peinture, à l'heure actuelle, sept joueurs sont déjà finis et ça donne ça : tenue orange, pagne vert, protection en bois, gants et bottes en cuir. Le sol est réalisé avec un du pigments terre foncée et une flocage automnal pour coller au thème.
Et photos de me**** car ayant acquis un nouvel APN, on peut pas franchement dire que je le maîtrise encore... bref, les contrastes sont un peu bouffés, les figs ne sont pas en situation et je n'ai pas réussi à faire une photo décente des sept joueurs réunis....

Une paire de trois-quart façon attentat capillaire

Deux autres trois-quart, dont une fille. Et oui, à Blood Bowl, chez les Elfes Sylvains, dames et messiers jouent ensemble. Ce qui entraîne des propos indélicats des supporters adverses sur la virilité d'une partie de l'équipe...

Le receveur, avec une pose très dynamique, j'aime beaucoup

La lanceuse, là aussi une madame, vive la parité !

Et on finit avec un Danseur de guerre, le seul profil de l'équipe qui peut apporter un peu d'impact physique. Un peu, hein, ça reste un Elfe...

Et voilà, sept figurines sur douze. Les autres sont bien bien entamées, reste juste le socle à faire et deux trois détails. Une fois les douze achevées, je disposerai d'une quatrième équipe pour Blood Bowl après les Nordiques, les Humains et les Orques. Et j'avoue que des rases-mottes à pieds poilus me font de l’œil... mais plus tard !

C'est tout (et c'est déjà pas mal !) pour aujourd'hui !
Hasta siempre, Compañeros !

dimanche 11 août 2019

Dans la cité des Doges - Episode 9 : quartier marchand

Salut à toi, compañero figuriniste !

Tool est un de mes groupes préférés. Et Tool sort un nouvel album, Fear Inoculum, à la fin du mois. Et Tool fait du Tool. Donc c'est du très très très bon...



Après cette douceur musicale, nous enchaînons sans transition aucune vers Venise et Carnevale.
Je continue tranquillement, par petites étapes (rapport à ce que mon temps de hobby est réduit en ce moment) à compléter ma table Carnevale. Aujourd'hui au programme, deux bâtiments de chez TTCombat : https://ttcombat.com/collections/streets-of-venice . On a donc la Venetian Corner Store et le Palazzo Lucia. Je ne saurais trop vous conseiller ces bâtiments qui, pour des prix très raisonnables (10,5 euros pour la boutique et 16 pour le palais), peuvent permettre de se "monter" une table sans trop de souci. Les notices de montage disponibles en ligne sont correctes (elles pourraient gagner en clarté sur certains cela dit) et les bâtiments pas trop complexes à fabriquer. Bref, un bon rapport qualité / prix / temps de montage.






De plus, profitant des soldes, j'ai acquis le set de décors Spice Market de Micro Art Studio, set prévu à la base pour Wolsung mais facilement recyclable pour à peu près n'importe quelle jeu med-fan ou plus ou moins historico-fantastique comme Carnevale donc. Il permet d'agrémenter un décor, de lui donner un peu de vie.


Le tout est donc monté et peint (base à l'aéro, quelques finitions au pinceau). Le Corner Store devient la boutique d'un tailleur et le Palazzo la maison familiale et la boutique de marchands d'épices.
Et les voici, avec le reste de la table histoire d'avoir des vues d'ensemble du rendu.








Ainsi, ça avance, ça avance... piano, certes, comme ils disent de l'autre côté des Alpes mais sano.

C'est tout (et c'est déjà pas mal !) pour aujourd'hui !
Hasta siempre, Compañeros !