samedi 15 décembre 2018

Anatomie de la bataille

Salut à toi, compañero figuriniste !

Ouverture musicale en douceur. Si, si , pour de vrai, avec le plus grand groupe de rock de la Terre du monde, Led Zeppelin et son Battle of evermore. Bon, on va quand même causer un peu de poutre après, hein, faut pas pousser !



Contrairement à ce que pourrait laisser penser le titre de l'article, je ne vais pas parler du livre de John Keegan (que je n'ai pas lu, ça aide à pas en parler, tu me diras... encore que, certains ne se gênent pas pour causer de ce qu'ils ne connaissent pas !). Cela dit, je vous conseille la lecture de La guerre de Sécession ou de L'art du commandement de cet auteur, deux ouvrages assez intéressants.



Non, aujourd'hui, point de guerre civile américaine ou d'analyse de l'art de la tactique ou de la psychologie militaire (si si, ça existe, point d'oxymore ici...). On va causer de SAGA, et plus particulièrement du dernier supplément en date, Le livre des batailles. Et autant le dire d'entrée, c'est un indispensable ! En effet, le livre est un recueil de scénarios. Beaucoup de scénarios. Mais vraiment beaucoup, beaucoup, beaucoup... de quoi jouer des années ou pas loin. Même un joueur hyperactif shooté au café et aux Pépitos ne peut humainement espérer épuiser les ressources du bouquin en un temps relativement court.
De plus, le supplément, tout comme la règle de base, est pensé pour pourvoir jouer des parties aussi bien historiques que fantastiques, pour importe que vous optiez pour aligner une bande de fiers Romano-Bretons, une troupe menée par un fier Prince Rus, une armée de pieux Croisés ou une horde de vils Gobelins.



Alors, qu'avons-nous là ? Un livre de 55 pages, tout en couleurs, couverture souple et papier glacé. De la top qualité indéniablement. 
Et le cœur de la bête tient ses promesses. L'ouvrage est divisé en six parties afin de pouvoir jouer comme on le souhaite.

- Une première petite partie "d'intro" (trois pages) fixe simplement et clairement les conditions de victoires lors d'un scénario selon trois modalités (en gros, le nombre d'adversaires éliminés, le nombre de vos troupes ayant survécu ou encore le nombre d'objectifs / terrains sous votre contrôle) et la procédure à suivre pour installer la table / les décors.

-  La deuxième partie s'attache, au travers de six pages, à présenter un scénario unique "le choc des héros". C'est un scénario générique (un bon vieux pétage de genoux à l'ancienne entre gens de bonne compagnie prêts à en découdre) mais modulable à l'extrême en faisant varier cinq critères : les décors, le déploiement, la durée de la partie, des règles spéciales éventuelles et les conditions de victoire. Le choix des variables se fait plus ou moins aléatoirement suivant vos envies.

Les Vikings arrivent ! Oui, je recycle des vieilles photos...

- La troisième partie, intitulée "les batailles" s'étend sur une quinzaine de pages (dont certaines avec des superbes photos pleines pages qui te poussent direct à aller jouer). Elle présente dix scénarios différents allant de l'escorte de bagages à la classique embuscade en passant par l'original "une histoire de défis", inspiré par la règle Dragon/Lion Rampant et dans lequel les joueurs doivent remplir leurs propres objectifs.

- La quatrième partie, "Les légendes", opte ouvertement pour donner l'avantage à l'aspect narratif du jeu. Elle permet en quatorze pages, quatre scénario (très fouillés) et autres règles spéciales de s'immerger dans des parties différentes.

- En cinquième position, "les mêlées", posent le cadre de joyeuses poutres multijoueurs ! Six pages, trois scénarios et de quoi mettre sur pied  (enfin, table...) des parties qui promettent d'être épiques.

- Le livre se conclue par quatre pages consacrées aux "Sagas", c'est à dire un système simple d'expérience qui vous permet de suivre votre Seigneur de partie en partie en lui faisant gagner de l'expérience. Ainsi, il acquiert des capacités augmentant sa puissance et son influence. C'est sympa, ça permet de donner du liant aux affrontements au sein d'un cercle de joueurs et de bichonner son Seigneur. Seul bémol, l'évolution ne concerne que les patrons, pas les troupes. Dommage, il aurait été sympa que des Gardes deviennent de véritables vétérans au fil des combats ou que de courageuses Levées finissent par intégrer les rangs des Guerriers. Bon, soyons complètement honnête, des joueurs avec un peu d'expérience n'auront pas de mal à exploiter ces quelques pages pour mettre en place une campagne digne de ce nom.

Dernière petite remarque, c'est peut-être rien, un hasard ou moi qui me fait des idées... mais comment ne pas remarquer à la page 46 la superbe photo d'illustration de la page de présentation de la section "les mêlées" ? On y voit des fantassins et des cavaliers. Avec des boucliers. Et des symboles bien reconnaissables. Comme ceux ci-dessous...


Y'a aussi un bel éléphant... carthaginois... de chez Wargame Foundry j'dirais ( https://www.wargamesfoundry.com/products/gpr010-macedonian-or-carthaginian-war-elephant )...
Voilà, quand même, je me pose des questions...

Au final, comme dit au-dessus, le Livre des batailles constitue une excellente boîte à outils - clé en mains ou à exploiter - pour renouveler l'expérience ludique de SAGA. Cerise sur le gâteau, le bouquin peut même permettre d'être recyclé (avec plus ou moins de boulot) dans d'autres jeux med-fan / histo qui ne disposent pas de scénars et/ou de système de campagne. Un must have comme in dit chez les Gands-Britons.


C'est tout (et c'est déjà pas mal !) pour aujourd'hui !
Hasta siempre, Compañeros !

dimanche 9 décembre 2018

Le loup et le lion

Salut à toi, compañero figuriniste !

La galette de décibels d'ouverture du jour nous amène sur le terres australiennes de Parkway Drive et leur hardcore pêchu et engagé.



Et non, on ne va pas causer de Game Of Thrones malgré le titre, pas de Stark ni de Lannister au programme ! On continue avec Infinity et la sectorielle calédonienne.
Après le Mormaer, on passe à une autre infanterie lourde, le "Grey", accompagnée d'une unité plus légère mais tout aussi létale, un Wulver.
Pour commencer, petite photo de famille des trois gros finauds boostés aux hormones et au whisky... là, mine de rien, y'a pas loin d'une centaine de points, soit un tiers d'une "armée" en format standard.




Le "Grey", qui appartient, dans le jeu, au Third Higlander Grey Rifles (dont le symbole visible ci-dessous est un lion), est donc une ILO qui n'est pas piratable par ladversaire, avec un moral solide, de bonnes armes, notamment le fusil T2, deux fusils à pompe, la claymore qui va bien et surtout les grenades fumigènes qui permettent d'avancer à couvert (relativement). Bref, une unité qui tient la ligne.




Comme promis, on commence par une photo comparative du nouveau Grey in a badass position with my tactical rock (à gauche) et de l'ancienne version (avec HMG, la mitrailleuse). On voit l'évolution de la gamme de Corvus Belli, gamme qui s'est affinée.

Newschool vs Oldschool !

Comme pour le Mormaer, les habits sont verts (Prince August, Vert Bronze UK) éclairci avec du Camo Green (GW). La base des métaux a été réalisée avec du Leadbelcher (GW,) suivi d'un bon lavis "wash black" (Coat d'Arms), puis éclaircissements réalisés avec du Chainmail (GW).

L'épaulière droite reste très classique avec le drapeau écossais.

Pour l'épaulière gauche, base noire et une bande blanc / bleue pour faire un marque d'unité / escouade.

Le Wulver, lui, est une infanterie moyenne mais qui peut piquer très très fort... cette sale bestiole est une sorte de loup-garou (un fait un hybride humain / Antipode, une race alien proche du loup et qui sont les natifs d'Aube). Il appartient au 9th Wulver Grenadiers Regiment. Un wulver, c'est un combattant berserk, guerrier-né, kinematika (des règles spé qui filent des avantages au close) et une stat de 21 en corps-à-corps... potentiellement, le wulver peut s'attaquer à n'importe quel autre spécialiste de combat rapproché avec de réelles chances, ou au moins un espoir raisonnable, de l'emporter.



Et quand on sait qu'en plus, ses armes de tir sont pas dégueu avec le désormais traditionnel T2 voire le Mk12 qui fait des trous encore plus gros... bref, un incontournable de l'armée pour aller mettre de bazar chez l'adversaire.


A gauche, le nouveau Wulver, qui comme le Grey est in a "badass position with my tactical rock" (enfin là, une pièce métallique toute rouillée). A droite, le "vieux" modèle qui soutient encore pas trop mal la comparaison, je trouve. Enfin, mieux que le Grey en tout cas...

Je ne vous redonne pas la recette pour la mise en couleurs, c'est toujours la même ! Nous remarquerons au passage que le wulver est un vétéran comme le prouve la large cicatrice sur sa face.
Un vrai, un tatoué !

Seule petite déception, le tartan...vu le bordel qu'est le drapé, pas facile de suivre les "vagues". Malgré mon application, l'ensemble reste quand même perfectible...

Les prochains sur la liste (et à l'heure actuelle en WIP bien avancé) seront les Volontaires, deux "de base" et un médecin.

C'est tout (et c'est déjà pas mal !) pour aujourd'hui !
Hasta siempre, Compañeros !

dimanche 2 décembre 2018

No guts, no glory !!

Salut à toi, compañero figuriniste !

Une fois de plus, on ne va pas faire dans la dentelle ! D'où cette ouverture avec les inoxydables Bolt Thrower et un titre qui n'a pas vieilli en 20 ans... No guts, no glory.


No guts, no glory (et non, nous n'allons pas causer de Blood Bowl, les vrais, les purs, les durs comprendront la référence !) ou en bon François de chez nous, "pas de tripes (coui... ?), pas de gloire". Cela tombe plutôt bien que je cause d'abats et autres tripailles car direction le pays du Haggis ! Nooooon, pas la Suède, j'ai dit abats, pas ABBA ! Donc, l’Écosse ! Ou plus précisément la Calédonie et le futur pas si lointain d'Infinity.


Le haggis, plan traditionnel écossais... de la panse de brebis farcie aux abats de la bestiole. Il faut être costaud dans ta tête quand tu t'attaques à un truc comme ça... d'où le whisky, je suppose... 'fin, parait que c'est plutôt bon. J'dis ça mais pas loin de chez moi, on mange bien du grenier médocain. Je te laisse faire ta petite recherche, cher lecteur !

Ayant achevé la peinture de mon stock de (nombreux...) Nomads, je pars sur un autre projet pour Infinity, agrandir ma force Calédonienne afin d'avoir 300 points jouables.


Je possède déjà quelques références, l'ancien starter, un Scot Guard, un Cateran sniper, des Highlanders taillés pour le close, un ingénieur Dozer (commun à toutes les sectorielles Ariadna), William Wallace et cette bonne vieille mais inévitable Uxia McNeill, un de mes personnages préférés du jeu. Bref, une base solide ! Mais pas assez pour faire 300 points.


L'indispensable Uxia !

C'est ainsi que le nouveau starter calédonien a rejoint mon antre et fut rapidement monté et sous-couché. Dans la boîte, on trouve des Volontaires dont un toubib, un Wulver bondissant et deux ILO (infanterie lourde), un Mormaer et un Grey. Sont aussi prévu de nouveaux Scots et des Traktors Muls Uragan et Katyusha (des DCD, des gros drones lance-missiles). Et là, je vais avoir de quoi varier les plaisirs.

Les "concepts arts" des figurines du starter de base

Après avoir un peu hésité, je suis parti sur le schéma - presque - officiel, classique avec du vert, du (heavyyyyy !) métal et des tartans. Bleus, les tartans. Pas de look à la con genre des Nomads jaune et bleus, voyez... vraiment, y'a des gars qui ont de ces idées !
Le premier à passer sous les pinceaux a été le Mormaer, une grosse ILO (infanterie lourde, tu le sais maintenant si tu as bien lu et que tu as un peu plus de mémoire qu'un bulot...) tu comprends quand tu vois leur armure, 5 de blindage. Cette unité a en plus l'avantage de ne pas être hackable. Le profil présenté ici est celui avec le fusil T2 et le Viseur X. S'il est équipé d'une mitrailleuse, il peut rejoindre une fireteam d'ILO, soit d'autres Mormaers, soit des Greys, l'autre ILO en Calédonie. Bref, trois gros thons qui tâchent et qui pour le coup nagent en banc...
On passe aux photos.

Sur Aube, planète aux (grosses et velues) mains des Aridnais, les arriérés d'Infinity, ça meule... ambiance gel et sapins.

Beaucoup de métal sur cette fig. La base a été réalisée avec du Leadbelcher de chez GW, les lavis avec une référence "wash black" de chez Coat d'Arms. Les éclaircissements sont réalisés avec du (vieux) Chainmail GW. Le vert est une peinture de base Prince August, Vert Bronze UK (le vert des uniformes anglais de la Seconde guerre mondiale) éclairci avec du Camo Green (il me semble... encore une vieillerie GW).

Le tartan a quand à lui été réalisé avec beaucoup de patience... plus sérieusement, c'est pas si difficile avec un peu de méthode. Il faut "juste" une bonne base bleue contrastée. Ensuite, technique de voleur de poules, dans les creux, on trace des bandes noires et les blanches sont (si possible) placées sur les partie saillantes du drapé. Comme ça, on joue aussi avec les contrastes. On ne voit pas très bien sur la photo mais les optiques du casque sont bleu très clair...

Pour l'espèce de bouclier, il a vécu... On y va donc gaiement avec des petites éraflures métalliques et un peu de rouille (oui, vraiment le climat d'Aube est merdique, il fait froid ET humide...). Cet effet rouille est obtenu avec un produit Vallejo qui s'applique direct au pinceau, le Rust Texture (environment).

Pour le sol, j'ai commencé par passer des pigments noirs (de chez MIG). Une fois le tout sec, application d'un produit Vallejo pour faire un effet boueux, du European Splash Mud, y compris sur les gros pieds de l'ILO pour la lier au sol.

Et voilà donc pour ce premier fier combattant calédonien. Les autres sont en WIP plus (Grey et Wulver) ou moins (les Volontaires) avancés et devraient débarquer dans les semaines qui viennent. A ces occasions, je ferais des photos comparatives des anciennes et nouvelles références. Cela permettra de voir l'évolution de la gamme Infinity et aussi de ma peinture...

Merci ! 'fin, faites pas non plus trop les malins, hein, je vous renvoie à la première photo de cet article...

C'est tout (et c'est déjà pas mal !) pour aujourd'hui !
Hasta siempre, Compañeros !

dimanche 25 novembre 2018

Zoo nomade

Salut à toi, compañero figuriniste !

Pour commencer, galette de musique lourde. Les p'tits gars de Conan ont sorti un nouvel album. C'est toujours aussi délicat et le clip est... heu... non, franchement, il ressemble à rien.



Et là, cadrage débordement de ma part, tu t'attends à du med-fan avec Conan en intro, hein, avoue ! Et ben, non, hop, direction le futur d'Infinity avec un thème animalier aujourd'hui, du chasseur, du gardien, du koala et du chat...

Voici donc un peu de renfort pour ma force de Nomads, plutôt centrée sur la sectorielle de Corregidor.
On commence avec un Chasseur Masaï qui possède un profil intéressant pour une vingtaine de points. Il est infiltré, bénéficie d'une protection accrue grâce à son mimétisme et possède la capacité répétiteur. Il est donc déployé proche de objectifs au centre de la table et des unités ennemies pour servir de relais à un hacker. De plus, son armement (deux Crazy Koalas - des mines mobiles pour faire simple - et un fusil d'abordage, par exemple) lui permet de donner du fil à retordre à l'adversaire. J'ai conservé, bien évidemment, le schéma jaune / bleu du reste de l'armée, y compris pour ces petits salo***ies de koalas. Petite nouveauté technique au passage. Ayant récupéré la fig suite à un échange avec l'ami Caillou, elle était déjà sous-couché en noir. J'avais pris l'habitude de balancer pour ma part une "double sous-couche", noir puis blanc. Bon, j'aurais pu mais je suis parti direct sur la sous-couche noire ce qui m'a forcé à travailler pas mal en éclaircissements. Même combat pour le socle qui sera différent des autres socles de la faction plus "destroy-indutrialo-urbain". Bon, au final, le rendu est pas mal et le Masaï s'intègre bien aux autres et c'est bien là, l'essentiel.





Autre transfuge récupéré chez Caillou, une Révérende Gardienne. C'est (certainement...) un des meilleurs profils de Hacker du jeu avec une bonne volonté (14) et un équipement intéressant comme le Disrupteur optique (-6 pour toucher pour l'adversaire) et un pitcher qui permet de déployer des répétiteur à distance, notamment en tir spéculatif. Comprendre, je peux potentiellement tirer sans ligne de vu un relias pour hacking au pied d'un gros thon (Infanterie lourde, TAG...) avant de le pirater... même combat que le copain du dessus, sous-couche noire, socle etc... les photos bouffent un peu les contrastes sur le noir.






Après la gardienne et les koalas, le chat...  Les Hellcats sont une unité aéroportée qui possède la compétence Saut de combat supérieur, qui lui permet d'arriver à peu près n'importe où sur la table. Bien positionnée, elle ne déclenche pas d'ORA adverse et peut aller flinguer dans les ligne ennemies (avec les profils armés d'une mitrailleuse lourde, d'un fusil d'abordage ou d'un spitfire) ou contester / prendre un objo (en profil hacker) voire sauver les miches d'un copain (profil infirmier).





C'est tout (et c'est déjà pas mal !) pour aujourd'hui !
Hasta siempre, Compañeros !

samedi 10 novembre 2018

L'ursidé et le pécore

Salut à toi, compañero figuriniste !

L'autre jour en causant du blog avec l'ami GiLel, il m'a dit qu'il saignait des oreilles avec mes choix musicaux. Bon, j'assume, hein, le métal, j'aime, c'est ma musique de cœur à moi que j'ai. Et des fois, en écoutant de la musique qui pousse les décibels, tu tombes sur des trucs bien cools et plus "apaisés". C'est le cas du morceau d'ouverture, un extrait de la discographie de Me And That Man, side-project de Nergal (Adam Darsk de son vrai nom), qui d'habitude officie en tant que chanteur au sein de Behemot, un groupe polonais de black-death, donc, un truc qui ramone sec je te laisse aller voir et écouter ça... là, avec Me And That Man, on est sur folk/blues, donc de la musique plus calme pour vos oreilles, amis lecteurs ;-) !


Dans un précédent billet, je vous avais dis que je participe au Concours de peinture d'Automne sur Warmania (https://warmania.com/forum/showthread.php?tid=5529). Le concours a pour thème de peindre une figurine qui "sorte des sentiers battus" et j'ai opté pour un ours dressé servant de "transport" pour mon armée de Nordiques dans l'optique de SAGA, l'âge de la magie.

L'ours après un repas de famille, c'est comme toi, il fait la sieste...
Voici donc quelques photos de la bestiole finie.

Un regard espiègle, petit sourire, l'ours sait plaire.




Deux autres figs sont passées sous les pinceaux et achevées, toujours pour du SAGA, l'âge de la magie. Ce sont deux paysans (offerts par GiLel qui est décidément l'invité d'honneur aujourd'hui !) qui rejoindront une milice paysanne pour une éventuelle armée typée bretonnienne. Les deux figs sont assez grandes (35mm plutôt que 28mm j'dirais) mais bon, tous les humains ne font pas la même taille. Donc là, on est deux grandes saucisses...


 




C'est tout (et c'est déjà pas mal !) pour aujourd'hui !
Hasta siempre, Compañeros !

mercredi 31 octobre 2018

Les Elfes de la côte des Orages, épisode VII (et autres joyeusetés)

Salut à toi, compañero figuriniste !

Je vous ai déjà balancé pas mal de métal dans la ganache depuis l'ouverture du blog. Du coup, on va un peu (mais un tout petit peu...) faire différend aujourd'hui. Je suis tombé sur une reprise improbable mais juste fantastique du mythique Walk de Pantera. Cuivres, solo de saxo, ambiance jazz sous tension (oui, ça existe), voix féminine rageuse, Brass Against & Sophia Urista nous offre une belle pépite musicale. Allez écouter leurs autres reprises de titres rock/métal (Tool, Rage Against The Machine, ça vaut aussi le retour).


 
Retour à SAGA Fantastique. Depuis la quasi-confirmation de la sortie d'un supplément dédié aux univers med-fan, j'essaie de mettre un coup de collier sur l'armée des Elfes afin d'avoir suffisamment de points (six, ce serait bien...) pour tester le bazar à sa sortie. Je dispose déjà d'un Seigneur sur griffon, d'un mage (à pied ou à cheval), d'un point de Gardes, sur canassons eux-aussi, d'un groupe de Guerriers avec des armes à deux mains et d'une baliste. Potentiellement, suivant les options jouables ou non, cela représente donc quatre points.
Afin d'obtenir un cinquième point, j'ai rajouté deux autres fantassins légers à un autre groupe de Guerriers qui en comptait six.et comme pour le groupe précédent de fantassins, je me suis raté sur les socles... bon, peu importe, rond ou carré, on s'en fiche un peu.

Les deux nouvelles recrues

Le groupe au complet, huit guerriers qui font un point !

Ensuite, j'ai enchaîné avec une autre fig, une sorte de paladin(e) de chez Hasslefree, Soeur Morrigan ( https://www.hfminis.co.uk/shop?product=sister-morrigan~hfh127&category=fantasy-%26%0D%0Asteampunk~fantasy-humans ). J'ai opté pour un schéma vert/blanc qui me permet de la lier avec un autre chevalier/paladin de la même marque peint il y a bien longtemps. Pour le barbu, je n'ai fait que le "resocler". et voilà le début d'un groupe de paladins/prêtres/chevaliers que je vois comme des Gardes et qui iront soutenir mes troupes médiévo-bretoniennes humaines.

Les deux prêtres/paladins/chevaliers (entourez la réponse souhaitée) défendent vaillamment une cité assiégé...

... ou peut-être explorent-ils un donjon à la recherche de quelque serviteur du mâââÂÂÂl !!
Le marteau de la justice ?

Et pour finir du civil, de la bourgeoise... fig aimablement refilée par l'ami GiLel. Je ne connais donc pas la gamme d'origine de la plantureuse dame... elle servira soit dans une milice urbaine (ou paysanne) soit comme objo / élément d'un scénar ou encore comme simple "décor".



Voilà pour cette fournée.
Et devinez quoi ? J'ai encore quelques figs med-fan à peindre...


C'est tout (et c'est déjà pas mal !) pour aujourd'hui !
Hasta siempre, Compañeros !