dimanche 20 septembre 2020

Rapport de bataille Infinity Code One : Yu Jing vs Ariadna

Salut à toi, Compañero figuriniste !

On va pas couper à la tradition... ouverture musicale. Pearl Jam, Do the evolution.


Samedi, dans un planning de rentrée chargé, j'ai accueilli sur mes terres Caillou (Studio Caillou) et son gamin (aka le Gravillon aka Devil of the dices). On avait décidé de se faire une partie de Infinity Code One pour se dérouiller et initier son gosse. Caillou avait opté pour une force de Yu Jing et j'alignai mes petits préférés d'Ariadna. Pour l'occasion, j'avais dressé une table "Nova-Venezia".


+++Aube, Nova-Venezia, 142 kilomètres au Nord-Est de Mérovingia. Canal de combat BH145 de l'armée calédonienne - enregistrement du rapport du Sergent Andrew McManaman, 2nd Caledonian Mormaers +++

Confirmation d'une incursion Yu Jing, je répète, confirmation  d'une incursion Yu Jing aux coordonnées [données effacées]. Demande de renforts immédiats. Objectif supposé de l'attaque ennemie, trattoria Luigi. Motif supposé, s'emparer des pizzas aux anchois de Luigi, vainqueur de l'Interplanetario Pizza Contest. Over !

On commence par les forces en présence...

Yu Jing

Zanshi lieutenant 

Drone Yaokong (mitrailleuse, réaction totale)

Zuyong (fusil multi) et Zuyong (fusil d'abordage)

Tiger Soldier (parachutage, spitfire)

Guilang (hacker, mines)

Medic avec drone servant 

Ariadna

Mormear fusil T2

Wulver fusil T2

Uxia McNeil (opérations spéciales, fusil d'abordage)

SAS (fusil d'abordage)

Volontaire (Lieutenant) et Volontaire médic

Scout (Ojitnik et mines)

Wardriver (hacker mercenaire)


Les trois objectifs au centre de la table. Ils sont transportables et ne nécessitent pas de jets pour en prendre le contrôle. En fin de partie, un objectif contrôlé rapporte deux points. Le joueur en contrôlant le plus marque deux points supplémentaires.



La table vue de la zone de déploiement Yu Jing.


A droite, en jaune, le déploiement Yu Jing (avec une aile droite forte) et à gauche, en vert, les Ariadnais avec trois troupes en déploiement avancé dont deux camos.


Les Ariadnais, prudemment à l'abri, les Yu Jing ayant obtenu l'initiative.


Uxia et le SAS (camo) en déploiement avancé au pied du bâtiment à deux étages sur lequel se trouve l'objectif 1.


Le Yaokong escalade la façade du bâtiment pour prendre position sur le toit et ouvre le feu sur le Mormaer le contraignant à se mettre à couvert.


Profitant des couverts, la Zuyong déboule sur l'aile droite à proximité de l'objectif 3. De son côté, le Soldat Tigre loupe son saut de combat mais se rue aussitôt vers le même objectif depuis sa zone de déploiement.


Une vue générale à la fin du tour 1 Yu Jing.

Dans la peau d'un Zuyong...

Ariadna en contre-attaque. Le Mormaer sort de son couvert et parvient à détruire le drone sur le toit à coups de fusil T2. Il se rapproche alors des objectifs 2 et 3.

Le Wulver résiste au tir adverse du  Zuyong et appuie l'avancée du Mormaer.

Sous le feu ennemi, Soldat Tigre et Zuyong se mettent à couvert.


Le SAS contourne le bâtiment au pied duquel il était positionné, résiste à l'explosion d'une mine et force le Guilang à se découvrir. Toutefois, ce dernier réussit à l'abattre.


Début du tour 2, le Zuyong blesse le Wulver d'un tir bien ajusté.


Sans opposition, le Guilang escalade le bâtiment et s'empare de l'objectif. Il effectue ensuite un repli tactique. Comprendre il se barre le plus rapidement possible pour se mettre en sécurité à l'intérieur d'un bâtiment voisin.

Ne jamais oublier qu'Infinity est un jeu à objectifs. L'objectif 1 étant aux mains du Guilang et bien planqué, les Ariadnais décident de foncer sur les deux autres... malheureusement pour eux le secteur est bien verrouillé par l'ennemi.

Le Mormaer puis le Wulver tombent sous les balles Yu Jing en cherchant à "nettoyer" la zone des objos bien tenu par la Zuyong et son fusil d'abordage et le Tigre... le Mormaer est toutefois relevé par le toubib. Il sera de nouveau abattu Uxia parvient, elle, au pied du pont. Uxia prend elle aussi une prune. De nouveau le docteur entre en action avec succès mais la pauvre Uxia sera de nouveau prise pour cible et sera alignée pour le compte... ça sent le roussi pour les Aridanais.

Tour 3 : le Zuyong se met en tir de suppression. Après vérification, il semble que cela ne soit pas possible à Code One. Bon, pas bien grave, c'est pas ça qui aurait changé le résultat !

La Zuyong fait mouvement, échappant à l'explosion de la mine posée par le Scout, et vient couvrir l'objectif 3.

Fin de la partie. La majorité des Ariadnais sont au sol. L'objectif 1 est sous contrôle Yu Jing et les deux autres sont "couverts" pour éviter toute mauvaise surprise. Résultats final : 4-0, net et sans bavures. L'homme du match est le Guilang qui a pris le contrôle de l'Objectif et abattu le SAS. La Zuyong avec son fusil d'abordage a aussi été décisive empêchant les Ariadnais de s'emparer des objectifs 2 et 3. Côté ariadnais, on nommera le docteur qui a réussi à remettre sur peids le Mormaer et Uxia donnant un peu d'espoir (de courte durée...) à son camp.
  

Bilan de cette première partie ? Ce système simplifié permet, quand on connaît les bases d'Infinity, de fluidifier le jeu sans s'encombrer du mille-feuille de règles de la version "complète". La partie a duré deux heures avec une petite pause. Petite précision, des joueurs débutants n'auront pas de mal à prendre en mains les bases du jeu. Du coup, je trouve que c'est un faux procès (de la mauvaise foi ?) que de dire que Code One reste un jeu très complexe, avec trop de règles. Beaucoup d'autres jeux ont aussi des corpus de règles complets / étendus / fouillés et d'autres superposent des règles de base et des suppléments. Au final, Code One se suffit à lui même, pas besoin d'autre chose. 

Quand on joue à Code One, on joue à Infinity ou pas ? Réponse, un grand et franc OUI !  La mécanique est la même, le jeu reste violent, létal et "à objectif". Certes, au cours de la partie le Gravillon a souvent obtenu des jets favorables (oui, c'est lui qui géré les Yu Jing sous les bons conseils de son père), mais moi aussi, en tir par exemple, mais loupant surtout des jets d'armure... Mais ce serait une fausse excuse d'accuser les dés. Caillou et son fiston ont bien joué et j'ai aussi mal géré quelques situations et ordres. Par exemple, j'aurai pu tenter d'aller couvrir l'objectif 1 avec le Wulver ou Uxia ou prendre moins de risque au tour 2. Code One est donc punitif comme son grand frère.

Finalement, je retiens que le plaisir de (re)jouer à Infinity est bien là avec cette version "light".

C'est tout (et c'est déjà pas mal !) pour aujourd'hui !

Hasta siempre, Compañeros !

samedi 12 septembre 2020

Ils ont la peau dure...

Salut à toi, Compañero figuriniste !

Ils sont de retour, ils sont toujours Anglais, énervés, jouent vite et fort, possèdent deux chanteurs et un des noms les plus cool de la scène métal, Raging Speedhorn avec le titre Hard to kill...

 

Difficile à tuer... comme certaines Peaux-Vertes. Ou des vétérans chasseurs de ces Peaux-Vertes. C'est donc reparti pour une (petite) rasade de Greenskins Hunters (la première fournée est visible dans l'article précédent) issus du Kickstarter de Knightmare Miniatures.

Avec la reprise du boulot, mon rythme de peinture s'est bien ralenti mais j'ai quand même peint un troisième soldat du groupe. Voici Zweigelt comme j'ai décidé de le nommer (tu as le droit, Compañero, de faire une petite recherche pour en savoir plus, le nom n'est pas choisi au hasard...). En voyant son chapeau, son flingue et sa croix, il m'a fait penser à une sorte d'Inquisiteur ou de Chasseur de sorcières / vampires. Alors va pour un inquisiteur. Mais un détail a attiré mon attention, il porte avec son sac à dos une bouteille de vin. Il ne m'en fallait pas plus pour imaginer un Inquisiteur déchu, chassé de son ordre, qui a conservé une partie de son équipement mais sombre peu à peu dans l'alcool et endosse finalement l'uniforme d'une compagnie de mercenaire. Du coup, niveau peinture je reste sur le schéma bleu / violet de la bande mais avec le chapeau et le pantalon noirs pour rappeler le passé inquisitorial de notre sujet du jour. 


 

J'ai ensuite bricolé une fiche pour Open Combat ( Open Combat ) en me disant que je pourrais tester le système à l'occasion en solo. Des stats plus que correctes, un bon équipement, une capacité spéciale et voilà un profil à 21 points.



Et comme j'étais lancé, les deux autres soldats peints précédemment ont aussi eu droit à leurs fiches... voici Markus, homme d'armes de son état et le Halfling Gédéon Valruisseau, spécialiste d'escamotages et de fuites en tout genre.



 Le reste de la bande va passer sous les pinceaux dans les semaines qui viennent et j'espère pouvoir faire quelques photos "en situation" avec décors tout en testant Open Combat.

C'est tout (et c'est déjà pas mal !) pour aujourd'hui !

Hasta siempre, Compañeros !

dimanche 30 août 2020

Les chasseurs de Peaux-vertes

Salut à toi, Compañero figuriniste !
 
Aujourd'hui, nous partons en chasse. Et pour nous accompagner, un titre de Mastodon (oui, encore, mais quand c'est bon...) le bien nommé The hunter.


J'ai reçu récemment mes figurines de Knightmare Miniatures issues de la campagne de financement participatif pour Greenskins Hunters. Cette petite campagne a été menée de main de maître par le sculpteur Diego Serrate Pinilla, tenancier de la marque Knightmare Miniatures, sise à Cintruénigo, au Nord-Ouest de Saragosse. En effet, pas le moindre accro à noter en cours de route malgré les difficultés actuelles liées à la pandémie de Covid.

Mais qu'y-avait-il donc derrière ce petit projet ?

Petit, oui, car le pledge de base était constitué de huit figurines med-fan, d'inspiration impériale "warhammeresque", taillées pour des jeux d'escarmouche, on pense de suite à Mordheim, voire Frostgrave (manque juste un magos...). On trouve quatre humains, un Halfling, un Nain et deux Ogres.


Des figs à l'ancienne "oldhammer" comme disent les spécialistes, pleine de charme et de caractère si on s'en tient au visuel.

A noter aussi que Pinilla a été très réaliste dans le déroulement de la campagne, ne proposant qu'un seul stretch-goal gratuit, un cinquième aventurier humain. Les autres objectifs étaient payants.

La communication, l'envoi et l'emballage ont été irréprochables. Bref, une campagne parfaite.

A l'ouverture de la petite boîte, des aventuriers bien protégés et surtout fidèles aux visuels, avec une très bonne qualité de moulage. Joie et bonheur. On commence avec un petit cliché comparatif. Sur Warmania, au cours d'une discussion, un utilisateur a fait remarquer qu'il n'est pas toujours évident d'avoir des photos comparatives des différentes marques afin de les mixer (ou pas...) au sein d'un projet. J'ai donc mis côte à côte des figs de gammes courantes (et des Elfes... ) de gauche à droite, une Hasslefree, une Knightmare, une Games Workshop et une Reaper Bones.

J'ai ensuite aussi sec entamé le montage de la bande. Pas de conversion, évidemment, et pour les socles, j'ai choisi des pavés façon rue médiévale et rajouter un détail ou deux sur certains (un peu d'herbe entre les pavés, un rat en maraude...).

Le premier membre de la bande est le Halfling en train de dégainer sa lame. Niveau couleurs, j'ai opté pour une cape beige claire et un bleu de Prusse (de chez Prince August) qui, on ne dirait pas, a été désaturé avec du gris foncé. Bon, vu la taille du bonhomme et le peu de détails, ça a été assez rapide à peindre. A noter (on le voit sur la photo en haut à droite ci-dessous) qu'en bon Semi-Homme, il porte au côté droit (le sien...) une cuisse de poulet et une chope de métal en cas d'urgence !

Le second membre a pris plus de temps. C'est le soldat vétéran borgne armé d'un couteau et d'un espadon torsadé. Cette fig a beaucoup de caractère, la moustache, ça fait tout ! Beaucoup de détails, notamment le paquetage avec corde, cruche, lanterne et même fourchette dépassant du sac. Pour la mise en couleurs, j'ai opté pour un schéma bicolore reprenant le bleu utilisé pour l'Halfling et un mauve, du cuir marron et du métal... euh, ben.. métallique.

Et on finit avec un peu de mise en situation parce que c'est cool !



Ce fut un vrai plaisir de peindre ces deux figurines. Elles sont parfaitement sculptées (comment ça, je l'ai déjà dit ?), plein de de détails et de caractère (comment ça, je me répète ?). Bref, leurs copains devraient suivre dans les semaines à venir.

C'est tout (et c'est déjà pas mal !) pour aujourd'hui !

Hasta siempre, Compañeros !

vendredi 28 août 2020

Maléfique et ses némésis

Salut à toi, Compañero figuriniste !

Ce sont les excellentissimes Mastodon et leur titre Halloween (issu de l'album Once more 'round the sun et sa couverture parfaite pour régler la balnce des couleurs sur ton écran) qui débarquent pour la traditionnelle offrande de décibels d'ouverture.

 

Alors, oui, j'ai un peu d'avance sur la vraie date d'Halloween mais la star du jour est une sorcière et sa citrouille... donc... bref, au programme, du Super Dungeon Explore.

On commence par deux pièces issues de l'extension La vallée d'émeraude. Ce sont deux vieilles souches envahies de champignons. Dans le jeu, ces croissances fongiques sont des lieux d'apparition pour invoquer les créatures ennemies des Héros, notamment les champipis et les sangliers vus dans les billets précédents.

Viennent ensuite deux Héros que peuvent incarner les joueurs, la Chevalier (chevalière ?) d'Argent et la mage Tabby Brook. 

La chevalière est une humaine avec de bonne stats en Attaque et en armure, deux bonnes attaques spéciales et une potion boostant sa défense. C'est donc ouvertement un tank que le groupe enverra en première ligne défoncer les méchants. La fig est sympa avec un côté paladin / valkyrie (les nattes, la lance, l'armure...) je trouve. D'où le schéma suédois jaune/bleu.

La mage Taby Brook est une Freyjan, comprendre une femme-chat. Sans surprise, elle a de bonne stats en Volonté (pour lance des sorts) et en dextérité (pour éviter les mauvais coups). Elle possède tout un panel de sortilèges et de potions qui lui permettent de repousser les ennemis, soigner les copains ou faire très mal aux méchants. Elle a aussi une règle spé que j'aime bien car elle colle bien au perso, c'est neuf vies. Si elle clamse, Taby jette un dé rouge et si elle obtient des étoiles, elle peut retirer des blessures et survivre. Un vrai félin !

Et on finit avec Béatrice, la Reine Sorcière. J'ai surkiffé, comme disent les jeunes, la fig. Une sorcière trônant fièrement sur un char-citrouille à la Cendrillon, ladite citrouille tirée par deux chat noirs...  bon, beeeen, juste parfait comme concept, quoi ! Et quand en plus la fig est très fidèle au dessin, c'est du bonheur.

Béatrice est un boss de donjon, une grande méchante de fin de niveau et peut être reliée à l'extension du Manoir Von Drakk dont j'ai déjà causé, celle qui fait la part belle à l'ambiance horrifico-gothique un brin outrancière. La Reine Sorcière est puissante, logique pour un boss, avec de grosses stats et elle peut charger, voler, lancer une malédiction à ses ennemis, accumuler des potions pour booster ses attaques et enfin, ses chatons la protègent en infligeant une attaque automatique lorsqu'un Héros arrive au contact. Bref, une bonne brute, la Reine !

Niveau mise en couleurs, j'ai pas fait le malin et suis globalement resté fidèle au schéma noir et orange de l'illustration.


Et si vous aimez le chibi et Super Dungeon Explore, réjouissez-vous, je suis loin d'avoir épuisé le stock !

C'est tout (et c'est déjà pas mal !) pour aujourd'hui !

Hasta siempre, Compañeros !

mercredi 19 août 2020

Mercenaires

Salut à toi, Compañero figuriniste !

Vous saviez que Gojira avait sorti une nouvelle chanson ? Non ? Et bien maintenant vous savez.


Ouverte musicale de qualité faite, on peut y aller. Et on commence par le post-apo avec trois nouveaux personnages, des mercenaires se baladant dans les terres dévastées et les cités en ruine, vendant leurs armes et leurs talents contre du carburant, de l'eau ou de la nourriture. Voici donc Lénine, Miss Purple et Cyclope ainsi qu'un pion objectif.

De gauche à droite : Cyclope, Miss Purple, Lénine et le pion objectif.



Le pion objectif fabriqué à partir de références de chez Anvil industry.
 

Lénine a été surnommé ainsi pour sa (lointaine) ressemblance physique (la calvitie sûrement) avec le leader historique de la révolution bolchevique. Son corps vient de chez Mantic (soldat de la Corporation), la tête issue d'une grappe de motards de chez Warlord (gamme Project Z) et les bras ont été piochés dans le surplus Ariadna (Infinity).

 

Le second membre du groupe est Miss Purple, pas la peine de préciser pourquoi ce surnom... la fig est une vieille référence de la gamme Infinity, une toubib PanOcéanienne, et la main tenant le colt doit être issue d'une quelconque gamme histo.



On finit avec Cyclope. C'est, à la base, un hacker PanOcéanien, toujours pour Infinity. Le bras gauche vient d'une gamme histo (Perry Miniatures) et le gauche est une référence Ariadna (Infinity).


Je ne sais toujours pas avec quel système j'utiliserai ces figs. Scrappers ? Zona Alfa ? Autre ? En tout cas, je continue à accumuler des pitous du futur tout pourri et des décors...

On enchaîne sans transition avec de Super Dungeon Explore.

On trouve tout d'abord une nouvelle fournée de minions, un groupe de quatre sangliers issu de l'extension la vallée d'émeraude. Bon, dans le jeu, ce sont des cochons truffiers mais ils ont quand même une bonne gueule de sanglier... Ces truffle pigs ont deux pouvoirs : une grosse charge (étonnant, non ?) et la capacité de faire apparaître des champignons (ceux vus dans l'article précédent). Bon, j'aime bien, c'est fluff, c'est con, c'est dans l'esprit du jeu...



Viennent ensuite deux personnages, des mini-boss qui peuvent accompagner l'extension gothico-vampirique Von Drakk : Vandella la succube et Candy en Mode Ombre.

Oui, oui, oui, son cœur est en fer et elle fait l'amour comme une panthère, c'est elle, Vampirel.... euh... ah non, en fait... désolé... Vandella (et non Vampirella, les vieux auront  saisi la référence j'espère) est donc une vampire démonette ou une démonette vampire. C'est toi qui voit, c'est comme tu préfères... elle a la capacité de récupérer des points de vie quand elle réussit une attaque spéciale et elle peut attirer des ennemis (en l’occurrence les Héros) vers elle (ou d'autres méchants plus musclés...) grâce à ses charmes. Oui, elle envoie plein de petits bisous mignons (pas de panthère, ni de trucs avec des chaînes et des minets du seizième pour le coup, c'est quand même vachement plus soft).

On a ensuite Candy. Candy est le personnage iconique de Soda Pop, toujours accompagné d'une petite bestiole (écureuil ? renard ? chat ?). C'est une peu la présentatrice officielle du jeu.

 

 

Par conséquent, elle a été déclinée sous différents profils jouables à Super Dungeon Explore. Dont cette version Ombre, c'est à dire en vampire/démon (oui, encore). J'ai volontairement fait le choix de m'éloigner du schéma officiel et attendu noir / rouge pour lui donner un style plus girly et acidulé. En terme de jeu, c'est un mini-boss à balancer dans les pattes d'aventuriers un peu trop sûrs d'eux. Candy, en bon vampire, a un pouvoir lui permettant de récupérer des points de vie, peut être déplacer furtivement au contact d'un héros et possède une attaque à distance.


C'est tout (et c'est déjà pas mal !) pour aujourd'hui !

Hasta siempre, Compañeros !